Partager l'article
  •  
  •  
  • 5
  •  
  •  
    5
    Partages

Je ne sais pas : Pourquoi c’est difficile à dire ?

Je ne sais pas si vous vous êtes déjà posé cette question.

Avez-vous déjà remarqué que ça nous est difficile de dire je ne sais pas? Plus encore dans les situations d’études ou professionnelles…

Pour ma part, “je ne sais pas” est difficile à dire même si je le dis souvent. Aussi simple que ça puisse paraître, quand je ne sais vraiment pas ben je le dis. Le problème est ailleurs.

“Je ne sais pas ” nous met face à nous-mêmes et à notre connaissance dans un domaine.

Si nous ne pouvons tout savoir sur tout, le jugement que l’on porte sur soi-même et la connaissance qu’on pense que l’on devrait avoir est la clef ici.

Tout ça est lié au contrôle que l’on souhaite avoir sa personne et sa vie.

Est-ce-que ça fait sens pour vous?

La solution, c’est quoi?

Le lâcher-prise et l’acceptation de ce que l’on ne peut contrôler sont LES SOLUTIONS 🙂

Mais pourquoi tu dis ça Sandrine?

Aussi important que cela est, la connaissance s’acquiert progressivement. Par manque de patience, nous voulons probablement en acquérir toujours plus et plus vite. Heureusement Google est là désormais 🙂

Aussi, dès lors que nous sommes dans une situation dans laquelle la connaissance nous manque nous pouvons prendre deux attitudes.

1. Dire à son interlocuteur que pour le moment nous n’avons pas la réponse mais que nous reviendrons vers lui sous X heures pour lui apporter des éclaircissements. En milieu professionnel, c’est même très bien vu de s’exprimer ainsi. En effet, les gens ne s’attendent pas à ce que nous sachions tout. Demander du temps leur donne le sentiment que nous prenons leur question au sérieux et ferons le maximum pour apporter la meilleure réponse. Conclusion : ça nous crédibilise.

2. Dans d’autres cas (pendant les études ou bien dans sa vie personnelle), accepter de ne pas savoir et dire je ne sais pas est le début de l’apprentissage. En fait, la sensation douloureuse que l’on peut ressentir lorsque l’on dit “je ne sais pas” est surtout lié à notre passé et notre éducation.

Petit, nous étions puni lorsque nous ne savions pas. Les mauvaises notes ou bien le fait de ne pas pouvoir jouer nous ont vite appris que ne pas savoir est une mauvaise chose. FAUX!!!!!!!

Ne pas savoir est la première étape et c’est tout. Est-ce-que vous vous attendez à ce que votre fille de 3 ans vous dise comment explique-t-on le phénomène de pesanteur?

Non car elle n’en sait rien et c’est NORMAL.

Respirez tout va bien

Se défaire de cette désagréable sensation, c’est donc prendre du recul sur le rapport que l’on a à l’erreur.

Parfois tout ce qui compte, c’est de se dire : “Ce n’est pas grave. Je ne savais pas ça jusqu’à présent et désormais j’ai appris quelque chose.”

En fait, l’erreur peut être vue de façon très positive, dans la construction de sa connaissance plutôt que négativement dans la destruction de notre amour propre.

S’accepter comme nous sommes est une force qui nous permet de surpasser ses propres fragilités. La connaissance s’accumule un peu chaque jour et ce que nous ne savons pas aujourd’hui nous le saurons demain.

Aussi dire “je ne sais pas” sera le début de l’accumulation de connaissance et donc TRÈS POSITIF.

J’espère que cet article vous a plu.

N’hésitez pas à commenter, partager, liker pour que je saches ce que vous en pensez 🙂

Prenez-soin de vous.

Sandrine.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook
Twitter
Pinterest
Instagram






​​Vous êtes libre de recevoir votre guide d'idées ​de sorties à faire célibataire pour vous éclater.