Peur n°6 : Remonter à cheval après une opération de la colonne vertébrale

Peur n°6 : Remonter à cheval après une opération de la colonne vertébrale

“Mademoiselle vous devez oublier l’équitation. Vous ne remonterez plus à cheval. C’est plus prudent.” C’est ce que mon chirurgien m’a dit suite à mon opération de la colonne vertébrale il y a 1 an et 7 mois. Si vous avez une passion chevillée au corps n’abandonnez jamais.

Voici mon histoire.

Cheval : ma passion depuis toute petite

Née dans une famille de la classe moyenne, j’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont permis de choisir un sport à pratiquer pendant mes loisirs. Enfant curieuse, j’étais attirée par de nombreux domaines comme la musique et l’équitation. Je ne pouvais choisir tout ce qu’il me plaisait cependant.

J’entends encore ma mère me dire :

“Tu dois choisir : le piano ou le poney. Ton père et moi ne pouvons pas te payer les deux.”

J’ai choisi : le poney 🙂

poney

Ces deux loisirs coutent très cher comme vous vous en doutez. Malgré tout, mes parents ont accepté de me payer des leçons de poney une fois par semaine. L’on explique pas une passion, on la vit 🙂

Je me suis souvent demandé pourquoi j’avais cette passion pour les chevaux. Ma famille n’était pourtant pas dans le milieu. À vrai dire, nous n’avions aucun cavalier dans nos connaissances ni proche parent. J’ai fini par me dire que ma passion du cheval provenait des caractéristiques si particulières de cet animal:

  • Un animal indépendant qui aime la liberté,
  • Une sensibilité extrême : ces animaux savent en une fraction de seconde dans quel état émotionnel vous êtes,
  • Une communication claire sans mesquinerie : lorsque l’on connaît un peu les chevaux il parle constamment. Pas comme nous bien sûr mais au travers de mouvement de leur corps (souvent les oreilles). Exemple sur cette image :

langage cheval

22 ans plus tard : opération de la colonne vertébrale

J’ai passé beaucoup de temps à cheval 🙂 et à côté d’eux mais suite à la vente de mon cheval, j’avais arrêté de monter. Le quitter m’avait brisé le coeur et j’ai dû faire une pause dans ma passion. De nombreux rêves venaient me traquer la nuit pour me rappeler ce que j’aimais vraiment au fond de moi. Bien souvent le matin, je me réveillais pensant que je descendais de cheval.

Vers mes 30 ans, mon dos a commencé à me chagriner. Sans vraiment comprendre pourquoi, je suis allée voir des spécialistes. Un suivi de kiné a été lancé… cela a un peu aidé mais sans plus. J’avais commencé alors un sport que l’on dit bon pour le dos : la natation.

nageuse

Mon coeur n’y était pas.  Nager dans une piscine me donnait l’impression d’être un poisson rouge qui tourne bêtement dans un bocal. Ce n’était tout simplement pas mon sport. Mon dos empirait… Je ne comprenais pas. J’écoutais pourtant toutes les recommandations médicales qu’on me faisait.

Et puis un jour, je n’ai plus réussi à poser le pied au sol.

Mon état a dramatiquement empiré en peu de temps. Je boutais plus que je ne marchais. Mon médecin m’a envoyé faire radio et IRM. Verdict : double hernie discale … à 29 ans ….

Rendez-vous pris en urgence avec un chirurgien orthopédique, je me suis rendu accompagné de ma mère à son cabinet. Lorsque j’y suis arrivée, le chirurgien n’en croyait pas ses yeux. Je ne me tenais littéralement plus debout. Incapable de me tenir droite et de poser mon pied gauche au sol, j’étais tordue en deux comme une grand-mère. Je ne pouvais plus boire seule. Ma mère me donnait de l’eau à la cuillère à soupe. Le chirurgien après m’avoir rapidement examiné m’a dit : “Nous allons vous hospitaliser d’urgence. Vous passerez la nuit sous médication forte et demain nous déciderons s’il faut vous opérer d’urgence.” C’était en mai 2018. Je me suis sentie terrifiée et soulagée.

Une nuit à l’hôpital sous perfusion et une opération en urgence

Arrivée à la clinique Rhéna de Strasbourg, j’ai eu une chance folle. L’on m’a très bien traité et soigné. Une nuit sous perfusion d’antidouleur n’a rien changé à mon état lamentable.

à lhopital

Au matin, le chirurgien est venu me voir.

“Avez-vous observé des changements de votre douleur ?” m’a-t-il demandé.

“Non, Docteur. Pas le moindre.” Ai-je répondu.

“Bien. Nous allons vous opérer en fin de journée.” a poursuivi le chirurgien

Douche désinfectante de rigueur et tenue pour être opéré, j’ai attendu. Puis tout est allé très vite dès que j’étais dans la salle d’opération. Avant de m’endormir, j’ai demandé à ce que l’on me parle en italien pour me rassurer. (et oui chacun a ses petits trucs pour se calmer) Heureusement, une infirmière italienne était là et m’a parlé doucement pendant que l’on m’endormait.

Au réveil, j’étais dans un drôle d’état. Je me sentais sur une nuage et détendue chantant “O Sole mio” doucement dans la salle de réveil. 🙂 L’effet des tranquillisants et des antidouleurs était puissant!

apres l operation

Heureusement pour moi, j’étais entre d’excellentes mains. Ce chirurgien et son équipe m’avaient sauvé. Je pouvais désormais “marcher” sur mes pieds ET me tenir droite. Enfin marcher… à très petits pas après l’opération. Durant ma rééducation, les kinés m’ont spécifié que je devais oublier l’équitation. Le chirurgien a lui-même confirmé ceci par la suite lorsque je l’ai vu pour la visite de contrôle.

Se faire une raison ou patienter ?

Comment laisser tomber ma passion du cheval ? Le jour où l’on m’a dit : “L’équitation est un sport dangereux compte tenu de votre anatomie fragile.” Mon cœur s’est brisé. Comment se faire une raison et abandonner quelque chose qui nous traque jusque dans nos rêves ?

Si vous avez vous aussi une passion, vous savez de quoi je parle 🙂

Petit à petit je me suis faite à l’idée…

Les jours et les mois ont passé. Mes rêves étaient toujours là. (oui oui c’est bien moi sur ce cheval)

moi a cheval

Et puis un jour

J’ai déménagé sur Paris pour poursuivre mes études en école de commerce. Sentant une gêne, j’ai consulté une nouvelle kiné qui utilise une méthode différente. Je ne savais pas que grâce à elle ma passion du cheval pourrait à nouveau s’exprimer! Margaux ma kiné utilise la méthode McKenzie. Dès la première séance, elle m’a dit : “Vous pourrez remonter à cheval et avoir une vie normale.” L’espoir a refait surface dans mon cœur.

Remonter à cheval !!!!!

Après de nombreuses séances, Margaux m’a dit que je pouvais essayer de courtes séances pour tester mon dos. En équitation, j’ai un bon niveau qui me permet de rapidement adapter ma posture aux mouvements du cheval.

J’ai donc décidé de passer le pas… et deviner quoi ?

RIEN……

Rien n’a changé….

Ni mes sensations à cheval.

Ni mes réflexes.

Aucune douleur et le mieux dans tout ça ? Mon dos se sentait MIEUX le lendemain matin…. J’ai eu envie de pleurer de joie tant c’était inespéré. Alors bien sûr il faut être prudent après une opération comme je l’ai vécue. MAIS lorsqu’une spécialiste affirme que oui le sport que vous aimez le plus est possible pour vous, il faut tester.

J’avais terriblement peur que mon dos n’empire avec la leçon d’équitation. J’avais pris toutes les précautions possibles. Et voilà que quelqu’un quelque part m’a entendu 🙂

Je ne peux que vous encourager à vivre vos passions tout en prenant soin de vous-même. Parfois cependant, la peur n’est pas justifiée. Après avoir analysé les risques, il faut croire en son intuition et vivre ses passions.

Aujourd’hui je peux remonter à cheval. Je suis si heureuse d’avoir dépassé cette peur qui me limitait dans mon bonheur personnel.

Si vous voulez faire votre propre challenge de la peur et éradiquer des limites qui empêchent votre épanouissement personnel cliquez ici .

À très bientôt.

Sandrine

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu






​Recevez gratuitement mon livre 

VOTRE HOMME IDÉAL

Trouver l'amour et le garder en 5 étapes
IDÉAL Trouver l'amour et le garder

13 Shares
Share via
Copy link