Ce que j’ai appris en 5 ans de célibat : vérités, le positif et le reste

Ce que j’ai appris en 5 ans de célibat : vérités, le positif et le reste

Bienvenue dans cette première vidéo d’une série de 30 vidéos quotidiennes sur l’amour, la séduction et le célibat.

Aujourd’hui j’aimerai partager avec vous ce que je retiens de bon et de moins bon concernant les 5 dernières années de célibat que je viens de vivre. C’est une découverte de soi. Plus encore une vraie expérience et un chemin vers le fait d’être une femme heureuse  avec ou sans homme. Cliquez sur la vidéo pour en savoir plus.

La phrase résumée de cette vidéo :

J’adore être célibataire car j’arrête de me mettre la pression pour trouver un mec et je vis à 2000%. L’amour viendra quand il viendra en attendant je prends le contrôle de ma vie et vis mes rêves.

 

Transcription texte :

Sandrine Isenbart :

Salut c’est Sandrine. Bienvenue dans cette première vidéo du défi 30 jours 30 vidéos. Qu’est-ce qu’on va voir dans cette première vidéo ? On va voir ce que j’ai appris en 5 ans de célibat : les vérités, le côté positif et le reste.

Revenir sur 5 ans de vie c’était pas simple pour moi parce que y’a forcément des trucs que j’ai dû oublié, des choses que j’ai édulcoré d’autres que j’ai un peu noircis. Bon j’imagine que c’est la mémoire humaine qui agit comme ça.

J’aimerai vous parler de 2 chapitres essentiellement :

  • les hommes : quand on est célibataire et la relation qu’on peut avoir par rapport à des possibles nouvelles relations mais en fin de compte ça se fait pas.
  • être avec soi-même

LES HOMMES

  • Il y a quelque chose que j’ai remarqué c’est quand  on rayonne, on est bien dans sa vie on attire vachement plus. Pourquoi je vous dis ça ? Au début de mon célibat, il y a un peu plus de 5 ans j’avais quitté mon ancien petit ami avec qui j’avais eu une relation d’un an et demi. J’étais dévastée bien sûr comme beaucoup de femmes qui vivent des ruptures amoureuses. J’avais changé de région, j’avais trouvé un nouveau travail, j’essayais de m’occuper l’esprit mais il n’y avait rien à faire. Le célibat ça ne me correspondait pas. J’étais pas bien du coup je m’étais inscrite sur moteurs de recherche.. non pas des moteurs de recherche (rire) des applications de rencontre (meetic, tinder). J’ai un peu tout essayé car à l’époque je voulais absolument retrouvé quelqu’un. Le problème c’est qu’au fil de mes expériences sur ces plateformes, j’avais à peu pres toujours les mêmes histoires qui revenaient. Au début on est vachement contente. On trouve quelqu’un qui nous plait bien, on se trouve des points communs et on se donne une chance. On se dit on va se voir. Parfois y’a plus de nouvelles parfois ça se passe bien et des fois on réalise qu’on veut pas la même chose. Au bout de 5 ou 10 RDV, je m’énervais car je me disais :”Je veux trouver quelqu’un.” Le problème c’est que ça ne marche pas comme ça. Quand on veut quelque chose et qu’on s’agace les choses ne viennent pas à vous de cette façon. J’ai décidé de faire autre chose. J’ai décidé de changer la stratégie et de me dire : OK, je ne peux pas contrôler le jour où je rencontrerai la personne qu’il me faut. Donc comme ça je ne peux pas le contrôler qu’est-ce que moi je peux contrôler? J’ai donc tout simplement fait les passions qui me plaisent et j’ai commencé à bien prendre soin de moi. J’ai commencé la méditation, à cuisiner, à faire vraiment des choses qui me font plaisir et j’ai commencé à être beaucoup plus heureuse et épanouie dans ma vie, j’ai constaté que les hommes répondaient beaucoup plus favorablement à ce genre d’attitude. Car j’étais beaucoup plus dans l’optique être un soleil qui brille (en général ça attire bien plus) qu’être dans l’avidité de trouver une relation à tout prix. Quand quelqu’un a les crocs il y a un vrai problème parce que ça veut dire qu’il est pas bien avec lui-même. A l’époque c’était mon cas et j’en suis revenue. Dès lors que j’avais commencé à être une célibataire qui rayonne et que je continuais à avoir des dates ici ou là, les hommes devenaient vraiment accros quoi. Ils étaient en mode : quand est-ce que je peux te revoir. Moi j’étais plus du tout en demande pour le coup, j’étais bien dans ma vie de célibataire, j’étais contente. Et ces hommes venaient de façon très très pressante. Mais plus ça allait et plus je remarquais qu’en faite j’en avais pas envie.

  • Ensuite, quand on est bien dans sa vie de célibataire on se dit : “J’en ai pas besoin d’une relation pour être heureuse.” Le fameux jeu de séduction du fuis moi je te suis il prend tout son sens mais pas dans le sens de la manipulation. Parce que vous n’êtes pas là pour manipuler l’esprit de ce garçon. Vous vous dites : “Ok j’ai rencontré un homme qui me plait bien mais je me sens bien aujourd’hui dans ma vie. On va voir ce que ça donne. Si jamais ça ne donne pas un couple heureux et une relation saine c’est pas grave. Je suis bien dans ma vie et je ne suis pas dépendante de cette relation pour être heureuse.” Et ça c’est vachement important et c’est quelque chose que j’ai compris c’est qu’une relation n’est pas là pour vous rendre heureux. Une relation est là pour vous faire grandir et vous préparer à la prochaine relation. La personne qui peut nous rendre heureuse c’est nous-mêmes.
  • En amour c’est celui qui part qui gagne la guerre psychologique. Je m’explique. Au début de ma période de célibat, j’avais rencontré un garçon pour lequel j’étais tombée folle amoureuse. J’avais déménagé dans la même ville, on avait commencé une relation mais j’allais beaucoup trop vite. Ce que j’en ai compris c’est que ce garçon a arrêté la relation pour une raison qu’à l’époque je ne comprenais pas. J’en avais fait beaucoup trop. Au début je m’étais emballée car j’avais eu un coup de foudre, ce garçon me plaisait énormément et je voulais tout faire pour que ça marche. Le problème c’est que j’ai fait exactement ce qu’il ne fallait pas : j’en ai trop fait. Je n’ai pas laissé assez de temps pour que ce garçon vienne à moi, je suis allé vers lui. Le problème c’est que lorsqu’on fait ça : on fait fuir. La personne qui reste se retrouve avec le coeur brisé et à gérer des émotions au quotidien qui ne sont pas marrantes car une rupture amoureuse et un coeur brisé ça fait très mal déjà. Et ça met énormément de temps à guérir. En amour, il faut prendre son temps et il faut laisser le garçon venir à soi.

  • La sensation de recommencer : vous donnez une chance, vous rencontrez quelqu’un peu importe que ça soit au supermarché, sur les réseaux sociaux, à votre travail ou à la salle de sport. Vous croisez un regard ou un sourire et vous vous dites : “A tient il me plait bien celui-là.” puis vous vous imaginez l’histoire. Parce que nous les filles on a tendance à imaginer très très vite les histoires. Pendant ces 5 années sans relation longue, j’ai eu cette sensation de recommencement à chaque fois. Cela a finit par me lasser : le fait d’avoir toujours à recommencer à se dire : “Et si c’était lui, et si c’était le bon, et si ça y est enfin je l’avais trouvé?” Je pense pas qu’il faille penser comme ça. Je pense qu’il faut vivre le moment et se dire qu’on vit les choses pour une bonne raison, pour que cela nous apporte quelque chose. Que ça soit lui ou pas c’est le temps qui nous le dira.

SUR SOI-MÊME (pendant le célibat)

  • Quand on est célibataire, on a tout le loisir de se découvrir dans le sens où notre temps est fait pour nous. Se découvrir ça passe par passer du temps avec soi-même bien sûr et faire des activités qui nous plaisent. C’est aussi être à l’écoute de ce qu’on ressent quand on fait une activité. Par exemple, j’ai découvert que j’adorais jouer la comédie. C’est une passion que j’ai depuis toute petite mais que j’avais laissé dans un coin de ma tête. J’ai vraiment découvert que c’est quelque chose que j’adorais faire. J’ai découvert que j’avais une passion pour l’Italie : un truc qui me fait vibrer comme rien d’autre. C’est en étant seule avec moi-même que j’ai pu découvrir ces choses là. J’ai pu voyageais ou rencontrer des gens comme ça me chantais parce que j’avais personne à la maison que je délaissais.
  • Rêver, faire des projets et les réaliser. Aujourd’hui je vous parle de Nouvelle Zélande.  Si j’ai pu faire ça c’est parce que je suis célibataire (ça aurait été plus difficile en couple). Je me suis dis : “Ecoute : aujourd’hui tu es célibataire tu n’as absolument rien à perdre, qu’est-ce que tu as envoe de réaliser dans ta vie?” J’ai fait une liste et j’ai tout simplement agis.

  • Être seul face à toutes les situations de la vie c’est pouvoir développer un certain courage pour pouvoir faire face à toutes les situations. Quand on a un problème on peut pas dire à son homme : “Tient chéri est-ce que tu peux m’aider à résoudre ce problème avec notre voisin?” NON. Il faut développer son propre courage. C’est pas toujours simple. On va se sentir mal ou faible (ça a été mon cas). C’est pas grave, toutes les expérience sont bonnes pour renforcer ce courage.
  • Croire en soi parce qu’on est son meilleur fan. J’ai pu observé que dans la vie on passe beaucoup de temps seul et quand on est célibataire peut être encore plus (en fonction de votre nature bien sûr). Quand on est célibataire et que l’on croit en soi : on est inratable. Parce que personne ne peut vous dire ce que vous devez faire ou pas, qui vous devez être ou pas, ce que vous devez dire ou pas… Vous croyez en vous, vous savez être à votre écoute et vous êtes absolument inratable en fin de compte. Être célibataire c’est vraiment une phase de vie qui vous permet de développer courage confiance en vous et d’avancer dans vos projets.

  • Vouloir être en couple mais d’être célibataire. Cela ça a pas mal été au début de ma période de célibat. Quand je voyais mes amies qui commençaient à se marier, à avoir des bébés, à être heureuses en couple : je me disais “et moi? et pourquoi est-ce que moi je ne trouve pas ? Qu’est-ce qui se passe ? Est-ce que j’ai un problème ? Qu’est-ce que je fais de mal ? Est-ce que je ne suis pas assez ceci ou cela?” J’avais vraiment cette frustration en moi : j’ai envie d’être en couple, j’ai envie de construire quelque chose avec quelqu’un mais je suis célibataire. Cette frustration a apporté pas mal de négativité. Je voulais quelque chose mais je ne savais pas quand j’aurai cette chose. J’ai donc décidé de prendre le contrôle en me disant : “Je ne sais pas quand je le rencontrerai. Aujourd’hui ça fait 5 ans, je ne sais toujours pas quand ça sera. Ce que je sais c’est qu’aujourd’hui je prend ma vie en main et je contrôle les projets que j’ai, les rêves que j’ai envie d’accomplir et je fais les choses. Et je suis tellement épanouie. Beaucoup plus que quand j’étais en couple avec mon ex avec qui c’était sérieux et que j’avais présenté à ma famille. Je pense que j’étais trop jeune et je ne savais pas ce qu’était une bonne relation. Quand on est célibataire on peut observer ses amies dans leur relation. Comme on est pas impliqué émotionnellement dans ces relations on peut se dire : elle aurait pas dû faire ceci comme ça… moi comment aurai-je réagis dans ce cas. C’est un vrai enseignement pour le coup. Il faut vraiment prendre le célibat comme une vraie chance d’apprentissage. Que ça soit du relationnel, de la psychologie masculine, à soi-même, ses rêves, ses projets,c e qu’on a envie de faire. C’est une découverte en fin de compte.

Pour conclure ce manisfesto en vous disant : après 5 ans de célibat j’adore être célibataire. Car j’arrête de me mettre la pression en me disant il faut que je me trouve un mec. J’adore être seule à passer du temps avec moi-même ou dans la nature. J’ai découvert que j’aimais bien être célibataire, que bien sur j’aimerai avoir quelqu’un dans ma vie un jour mais que ce jour viendra quand il viendra et que tout ce qui nous arrive nous arrive pour une raison. Je pense que c’est une façon positive de voir la vie et de relativiser ce qu’il nous arrive. Le célibat doit être vécu pleinement et positivement.

J’espère que cette vidéo vous a plu. Si c’est le cas abonné vous à la chaine YouTube et je vous dis à demain pour une nouvelle vidéo. Ciao.

Si vous souhaitez aller plus loin et découvrir tous les avantages du célibat c’est ici.

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Article suivantRead more articles

Laisser un commentaire